en fr Accretion regimes and variability in young stars: imprints on UV photometry Régimes daccrétion et variabilité dans les étoiles jeunes: apport de la photométrie UV Report as inadecuate




en fr Accretion regimes and variability in young stars: imprints on UV photometry Régimes daccrétion et variabilité dans les étoiles jeunes: apport de la photométrie UV - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 IPAG - Institut de Planétologie et d-Astrophysique de Grenoble 2 INAF - Osservatorio Astronomico di Palermo -G.S. Vaiana-

Abstract : Disk accretion plays a most important role in the star formation scenario. It governs the interaction of young stars with their disks, with a long-lasting impact on stellar evolution, by providing both mass and angular momentum regulation. Accretion is also a central ingredient in the physics of star-disk systems at the epoch when planets start to form. In the picture of magnetospheric accretion, a cavity of a few stellar radii extends from the star surface to the inner disk rim. The star-disk interaction is then mediated by the stellar magnetic field, whose lines thread the inner disk and couple it to the central object. Material from the inner disk is channeled along the field lines in accretion columns that reach the star at near free-fall velocities. The impact produces localized hot shocks at the stellar surface, which determine the distinctive UV excess emission of accreting objects relative to non-accreting sources. Intrinsic time evolution, and varying visibility of surface features during stellar rotation, combine in the characteristic photometric variability of young stars, revealed by monitoring surveys. In this thesis, I investigate the statistical properties of disk accretion and of its variability in the young open cluster NGC 2264 3 Myr. This comprises a population of over 700 objects, about similarly distributed between disk-bearing 45% and disk-free sources. I characterize accretion from the UV excess diagnostics; disk-free cluster members define the reference emission level over which the UV excess linked to accretion is detected and measured. The study is based on a homogeneous photometric dataset obtained at the Canada-France-Hawaii Telescope CFHT, composed of a deep mapping of the region in four different bands u,g,r,i and of simultaneous optical r-band and UV u-band monitoring on timescales from hours to days for a period of 2 weeks. In the first part of the study, UV excesses are converted to accretion luminosities and mass accretion rates to derive a global picture of the accretion process across the cluster, and to investigate the dependence of the typical accretion properties on stellar parameters such as mass and age. A robust correlation is detected between the average accretion rate and stellar mass, but a significant dispersion in accretion rates is observed around this average trend at any given mass. I show that the extent of this spread cannot be accounted for by typical variability on week timescales; I discuss several aspects, including a diversity in accretion mechanisms and a non-negligible evolutionary spread among cluster members, which may contribute to the broad range of accretion regimes detected. In the second part of the study, I explore the variability signatures in the UV that pertain to different types of variable young stars. I show that accreting objects typically exhibit stronger variability than non-accreting objects, and that the color properties associated with the two groups are consistent with a statistically distinct origin of the variability features in the two cases. These are dominated, in the first case, by hot accretion spots, and in the second, by cold spots linked to magnetic activity. I compare the amounts of variability on timescales of hours, days and years, to assess the dominant components. The mid term days appears to be the leading timescale for variability in young stars up to years, with a major contribution from rotational modulation. In the third part of the study, I use a set of 38 day-long optical light curves obtained with the CoRoT satellite, close to the epoch of the CFHT survey, to investigate periodicity and rotation properties in NGC 2264. I derive the period distribution for the cluster and show that accreting and non-accreting objects exhibit statistically distinct properties: the second rotate on average faster than the first. I then illustrate the connection between accretion and rotation properties in the disk-locking scenario.

Résumé : Le processus d-accrétion joue un rôle crucial dans le scénario de formation stellaire. Il régit l-interaction des étoiles jeunes avec leurs disques, en régulant l-échange de masse et de moment cinétique; ainsi, il a un impact durable sur leur évolution. De plus, l-accrétion est un ingrédient essentiel de la physique des systèmes étoile-disque à l-époque de formation planétaire. Selon le modèle d-accrétion magnétosphérique, une cavité de quelques rayons stellaires s-étend de la surface de l-étoile au bord interne du disque. L-interaction se produit donc par le champ magnétique stellaire, qui pénètre le disque interne et l-attèle à l-objet central. Des colonnes d-accrétion se développent du disque interne suivant les lignes de champ, et atteignent l-étoile à des vitesses presque de chute libre. L-impact à la surface crée des chocs localisés, qui sont responsables de l-excès de luminosité UV distinctif des systèmes accrétants par rapport aux objets non-accrétants. L-évolution temporelle intrinsèque et l-effet d-alternance du côté visible des objets au cours de leur rotation se mélangent dans la variabilité photométrique typique des étoiles jeunes, révélée par les campagnes de suivi. Durant ma thèse, j-ai mené une étude statistique du processus d-accrétion et de sa variabilité dans la région NGC 2264 3 Myr. Cet amas contient plus de 700 membres, repartis entre étoiles avec disque 45% et sans disque. J-ai qualifié l-accrétion par la diagnostique de l-excès UV; les étoiles de l-amas privées de disque définissent le niveau d-émission de référence au-dessus duquel l-excès UV provenant du choc d-accrétion est décelé et mesuré. Mon étude se base sur un jeu de données photométriques obtenues au télescope Canada-France-Hawaii CFHT, comprenant un relevé profond en 4 filtres u,g,r,i et un suivi simultané de variabilité optique bande r et UV bande u d-une durée de 2 semaines et avec échantillonnage de l-ordre des heures. Dans une première étape de cette étude, je convertis les excès UV en taux d-accrétion pour obtenir une image globale du processus à travers l-amas et examiner sa dépendance envers les paramètres stellaires. Le taux d-accrétion moyen corrèle avec la masse de l-étoile, bien qu-une dispersion significative autour de cette tendance moyenne soit observée à chaque masse. Je montre que cet étalement ne peut pas être justifié par la variabilité des objets; une diversité de mécanismes d-accrétion et de stades évolutifs dans l-amas pourrait contribuer à la vaste gamme de régimes d-accrétion décelés. Ensuite, j-explore les signatures dans l-UV propres à des types distincts d-étoiles jeunes variables. Je montre que les étoiles accrétantes présentent en général une variabilité plus prononcée que les objets sans disque, et que les respectives variations de couleur sont cohérentes avec une origine différente de la variabilité associée aux deux groupes. Pour le premier groupe, ce sont les chocs d-accrétion à dominer, alors que le deuxième est dominé par des taches froides à la surface, dérivant de l-activité magnétique stellaire. Je compare les variations photométriques mesurées sur bases de quelques heures, quelques jours et quelques années, afin de déterminer quelles soient les composantes de variabilité les plus importantes. L-échelle de temps de quelques jours prévaut sur les autres délais investigués dans la variabilité enregistrée pour ces étoiles jeunes, avec une contribution majeure provenant de l-effet de modulation rotationnelle. Enfin, j-analyse les propriétés de rotation des étoiles de l-amas à partir d-un jeu de courbes de lumière optiques, d-une durée de 38 jours, obtenues avec le satellite CoRoT près de la campagne d-observation au CFHT. Je reconstruis la distribution de périodes de l-amas et montre que les objets sans disque tournent statistiquement plus vite que les objets accrétants. Cette connexion entre les propriétés d-accrétion et celles de rotation peut être interprétée dans le scénario de disk-locking.

en fr

Keywords : young stars disk accretion UV excess variability: T Tauri rotation open clusters: NGC 2264

Mots-clés : étoiles jeunes disques d-accrétion excès UV variabilité: T Tauri rotation amas ouverts: NGC 2264





Author: Laura Venuti -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents