Une purge démocratique Scandales financiers et remous politiques en TanzanieReport as inadecuate




Une purge démocratique Scandales financiers et remous politiques en Tanzanie - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 EHESS - École des hautes études en sciences sociales 2 IMAF - Institut des Mondes Africains

Résumé : Scandales financiers et remous politiques en Tanzanie L a suite d-affaires qui ont récemment secoué le pays commence à faire la une des médias nationaux en novembre 2007. A cette date, un audit financier de la Banque centrale de Tanzanie, mené par la firme internationale Ernst & Young, dévoile que plus de 133 milliards de shillings tanzaniens, soit près de 70 millions d-euros, ont été prélevés du fonds destiné au règlement de la dette extérieure afin d-opérer des paiements illicites à une vingtaine de compagnies privées nationales ou étrangères, certaines fictives, d-autres appartenant à de grands hommes d-affaires et à des membres du gouvernement 1. Suite à cette affaire, le président de Tanzanie, Jakaya Mrisho Kikwete, limoge le 09 janvier 2008 le gouverneur de la banque centrale, Daudi Ballali 2 , qui depuis lors serait en fuite aux Etats-Unis. L-homme d-affaires Jayantibhali Kumar Patel, à la tête du groupe Noble Azania Ltd, l-une des grandes firmes accusées d-avoir bénéficié des largesses de la banque centrale, investissant autant dans l-agriculture tabac, canne à sucre, maïs, la fabrique de chaussures et les télécommunications que, plus récemment, dans les secteurs bancaires et miniers, est aujourd-hui sous le feu des critiques. A côté de ce scandale de détournements de fonds publics couve depuis plusieurs mois une seconde affaire impliquant les mêmes protagonistes, celle de la construction des tours jumelles de la banque centrale, en verre fumé et hautes de 17 étages, dans le centre ville de Dar es Salaam. Un audit doit d-être lancé pour dévoiler les malversations qui ont entraîné l-augmentation des coûts de construction qui, d-abord évalués à 200 millions de dollars, sont passés à 420 millions un an plus tard. Le même mois de novembre 2007, un deuxième scandale vient éclabousser la classe politique, conduisant en février 2008 à la démission du premier ministre Edward Lowassa 2006-2008, du ministre de la Coopération Est-Africaine Ibrahim Msabaha anciennement ministre de O

Mots-clés : Démocratie Tanzanie





Author: Marie-Aude Fouéré -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents