DIgitur à la Jeune Parque : le destin dune OmbreReport as inadecuate




DIgitur à la Jeune Parque : le destin dune Ombre - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 MARGE CEDFL - Centre d-Etude des Dynamiques et des Frontières Littéraires

Résumé : Dans La Jeune Parque, se joue à un double titre le destin d-une Ombre. Cette Ombre, c-est d-abord celle de Mallarmé. Peu après la mort du poète, Valéry entreprend d-écrire un - tombeau de Mallarmé -, monologue d-une ombre ou dialogue entre le jeune poète et l-ombre du défunt. Certains éléments de ces ébauches se retrouvent dans La Jeune Parque, qui pourrait ainsi constituer l-aboutissement de ce projet avorté. Cette Ombre, c-est en second lieu Igitur, le héros d-un récit dont Valéry lit le manuscrit en 1905 et qui met en scène le drame du - moi pur - : la formule de Valéry se trouve dans le texte de Mallarmé. Surtout, le drame d-Igitur est celui d-un - néant central -, d-un - central rien -, d-une - vacance de soi -, formules qui toutes expriment l- absence de moi - éprouvée par Mallarmé-Igitur. Ce moi vide, blanc, nul, mais aussi nocturne, ce soleil noir qui engendre tour à tour le drame diurne du faune et le drame nocturne d-Hérodiade, Mallarmé l-appelle - le pur de nous-mêmes -, ce qui en l-homme refuse de se reconnaître dans la contingence, le hasard de l-existence et du monde. C-est l- ange - étranger à toute extériorité qui s-esquisse dans la vitre des Fenêtres. Comme dans La Jeune Parque, le motif narcissique est capital dans Igitur, où le héros cherche à se - mirer dans un soi propre -, un soi purifié de la contingence, du hasard inhérent à tout ce qui n-est pas essentiellement soi, sinon dans la fiction. L-écriture dans laquelle le moi devient soi est ainsi un - fil arachnéen -, une - toile arachnéenne - : cette métaphore nous reconduit à la Parque, emblème de l- écriture fatale - évoquée par L-Amateur de poèmes, qui réalise en quelque sorte - le hasard annulé - d-Igitur. Décor, héros, circonstances, signification du drame : les analogies et les coïncidences d-ensemble et de détail sont frappantes entre Igitur et La Jeune Parque, si ce n-est que l-extrême négation mallarméenne se retourne chez Valéry en une affirmation, un élan vers la beauté du monde, auxquels la poésie de Mallarmé se refuse. La Jeune Parque comme destin d-une Ombre, c-est aussi Mallarmé ressuscité, Mallarmé ressurgi de sa cendre, dans une réconciliation quelque peu forcée avec la réalité.

Mots-clés : Igitur La Jeune Parque Moi pur hasard Mallarmé Valéry





Author: Laurent Mattiussi -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents