LA SUPPLICATION COMME RITUEL CHEZ HOMÈRE: LE GESTE ET LA PAROLEReport as inadecuate




LA SUPPLICATION COMME RITUEL CHEZ HOMÈRE: LE GESTE ET LA PAROLE - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 LITT&ARTS - LITT&ARTS. Arts et pratiques du texte, de l’image, de l’écran et de la scène

Résumé : Je cherche à montrer ici que certains actes religieux tels que prière et supplication obéissent dans l-épopée homérique à des formes très particulières tant dans les paroles prononcées que dans les gestes accomplis. Ces formes particulières impliquent l-existence dans la langue grecque de l-épopée de rituels langagiers spécifiques, que nous mettons en relation avec la théorie des -actes de langage- chez Austin et ses héritiers: il s-agit parfois de performatifs, mais la complexité des relations paradigmatiques attestées dans la langue entraîne un retour sur le détail de la théorie et ses conséquences 1. En particulier, il faudra réfléchir sur l-importance des gestes et de leur statut dans le développement linguistique du performatif, en synchronie et en diachronie. La question de la supplication et de la prière en grec a été abordée en français par Danielle Aubriot et Jean Rudhardt dans la même année 1992, ce qui implique évidemment que les auteurs n-ont pas pu tenir compte de la publication de l-autre. Il faut ajouter plusieurs publications en anglais, sur la supplication un article important de Gould publié en 1973 et republié avec un addendum dans un recueil de l-auteur en 2001, puis un livre de Fred Naiden en 2007, ainsi que sur la prière un livre de Simon Pulleyn publié en 2007. Un ouvrage sur la supplication montre son importance dans l-ensemble de l-épopée homérique d-un point de vue plus -littéraire- 2 , et une spécialiste italienne a publié la même année (1999) un travail anthropologique sur la supplication homérique et un travail sur la -parole efficace- dans le cas de la malédiction, du serment et de la bénédiction dans la Grèce archaïque 3. Je dirai d-emblée que la thèse de D. Aubriot me paraît faussée par son parti pris paradoxal de départ: elle voudrait que λίσσομαι ne signifie pas -supplier- comme on le croit généralement, mais désigne une sorte de prière; elle discute pour cela sur des points mineurs de mon article de 1980 4 , mais ignore l-article important de Gould que j-y citais pourtant explicitement, article qui non seulement implique le sens -supplier- pour λίσσομαι, mais montre aussi très bien l-importance du rituel de supplication qui me paraît capitale. L-analyse très détaillée que fait Danièle Aubriot des exemples homériques provoque une sorte d-illusion d-objectivité assez troublante à mes yeux quant à la méthode scientifique attendue dans une telle étude. Nous partirons de l-opposition entre deux types de rituels, de prière et de supplication, qui s-expriment avec des gestes très différents et spécifiques, souvent représentés dans l-iconographie et auxquels nous trouverons de fréquentes allusions dans le texte homérique: la 1 Aux références données antérieurement dans mes travaux sur la question, il faut désormais ajouter les articles -Acte de langage- par B. Cassin, I. Rosier-Catach et S. Laugier, dans le Vocabulaire européen des philosophies, p. 11-21 et -Anglais. La langue anglaise ou le génie de l-ordinaire- par J.-P. Cléro et S. Laugier, III Le paradigme austinien: langage ordinaire et philosophie, p. 95-99. 2 K. Crotty, The Poetics of supplication. Homer-s Iliad and Odyssey, Ithaca, Cornell University Press, coll. Myth and Poetics, 1994. 3 Manuela Giordano La Supplica. Rituale, istituzione sociale e tema epico in Omero, Napoli, AION 3, 1999; La parola efficace. Maledizioni, giuramenti e benedizioni nella Grecia antica, Pisa-Roma, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 1999. 4 F. Létoublon -Le vocabulaire de la supplication en grec: performatif et dérivation délocutive-, Lingua 52, 1980, p. 325-336, discuté par D. Aubriot-Sévin, Prière et conceptions religieuses en Grèce ancienne jusqu-à la fin du V e siècle av. J.-C., Lyon, Maison de l-Orient méditerranéen, CMO 22, 1992. Elle a raison sur l-étymologie de λίσσομαι, à propos de laquelle elle rappelle à juste titre les remarques faites par Benveniste dans son Vocabulaire des institutions indo-européennes. Mais le point central de mon article n-est pas là, mais dans la dérivation du nom du suppliant par rapport à une forme verbale très particulière. M. Giordano a au contraire bien compris ce point central.

Keywords : speech acts supplication Homer gesture





Author: Françoise Letoublon -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents