en fr Environmental and management effects on carbon and water fluxes of agrosystems. Effets des conditions environnementales et des pratiques culturales sur les flux de carbone et deau dans les agrosystèmes Report as inadecuate




en fr Environmental and management effects on carbon and water fluxes of agrosystems. Effets des conditions environnementales et des pratiques culturales sur les flux de carbone et deau dans les agrosystèmes - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 CESBIO - Centre d-études spatiales de la biosphère

Abstract : Agrosystems represent an important proportion of terrestrial ecosystems more than one third in Europe and play a key role in sustainable development issues.
For instance, they produce green house gasses GHG that contribute to climate changes whose feedback on agrosystem functioning and management are still difficult to predict.
Therefore, studies on biogeochemical cycle in agrosystems and their GHG production are essential.
The main objective of this PhD thesis was the study of cropland carbon and water cycles using 1 micro meteorological measurements of mass and energy fluxes at the soil-vegetation and atmosphere interface and 2 data describing crop dynamics phenology, biomass, leaf area for two experimental crop sites located near Toulouse in South West France.
This work showed that micro meteorological measurements of fluxes by the eddy covariance method EC are well suited to quantify agrosystem carbon and water budgets and to study the main physical and ecophysiological processes driving the different fluxes.
From these measurements, carbon and water fluxes were analysed.
A methodology to compute GHG budgets at plot scale considering GHG emissions associated with farm operations was developed at our sites and applied to the CarboEurope-IP cropland sites, representing an important range of crop species and management regimes.
Annual net CO2 fluxes measurements between the soil-vegetation system and the atmosphere showed that agrosystem act mostly as atmospheric carbon sinks.
However, accounting for carbon inputs through organic fertilisation and seeds and outputs through harvest together with vertical CO2 fluxes measurements showed that cropland are rarely carbon sinks and most often act as carbon sources 127 ± 243 g C m-2 y-1 for 41 site-years of the CarboEurope-IP network.
On average for these 41 studied site-years, vertical CO2 fluxes represented 37 % of the carbon budget 88 % of the carbon inputs, carbon inputs through organic fertilisation and seeds represented 5 % of the budget 12 % of the carbon inputs and carbon exportation at harvest represented 58 % of the carbon budget.
GHG emissions caused by farm operations represented only 8 % of the annual GHG budget.
These results showed that accounting for biospheric CO2 fluxes 88 % of carbon inputs is fundamental for the evaluation of the annual GHG budgets; otherwise this budget would be strongly overestimated.
Water use efficiency WUE was addressed through agronomical biomass production divided by water release by evapotranspiration and environmental net ecosystem carbon production divided by water release by evapotranspiration point of view.
These approaches could produce non-consistent results in the case of crops with high yields i.e.
maize used for silaging and should therefore be carefully considered in the perspective of a sustainable cropland management.
Finally, flux measurements were used 1 to test a beta version of the ICASTICS model that will be used to assess processes and estimate the carbon and water net fluxes components for a range of crops, management regimes and climatic conditions.
2 .to parameterise new functions in the SAFY model, so it could calculate both water and carbon fluxes and budgets at spatial resolutions larger than plot scale, in combination with remote sensing data, in a natural resources management perspective

Résumé : Les agrosystèmes représentent une importante part des terres émergées plus d-un tiers de la surface au sol en Europe et sont au cœur de nombreuses problématiques de développement durable.
Ils sont consommateur d-eau et produisent des gaz à effet de serre GES qui contribuent aux changements climatiques en cours, ceux-ci ayant en retour des impacts encore difficiles à prévoir sur le fonctionnement et la gestion des agrosystèmes.
L-étude des cycles biogéochimiques au sein des agrosystèmes est donc fondamentale.
Le principal objectif de ces travaux de thèse a été d-étudier le fonctionnement carboné et hydrique des agrosystèmes à partir du suivi de la végétation phénologie, biomasse, surface foliaire et de mesures micro météorologiques d-échanges de matière CO2, H2O et d-énergie à l-interface entre le système sol-couvert et l-atmosphère sur deux parcelles agricoles expérimentales situées au Sud Ouest de Toulouse.
L-ensemble de ces travaux a permis de montrer que la mesure des flux par la méthode des fluctuations turbulentes EC permet de quantifier les bilans de carbone et d-eau des agrosystèmes et d-étudier certains des processus physiques et écophysiologiques à l-origine des différents flux.
A partir de ces mesures, une analyse des flux et bilans d-eau et de carbone a été effectuée.
Une méthode de calcul des écobilans intégrant les émissions de GES liées aux pratiques culturales a été établie pour nos sites et appliqués aux parcelles expérimentales de cultures du réseau Européen CarboEurope-IP, représentant un panel important de cultures et de pratiques culturales.
Les mesures annuelles de flux net de CO2 à l-interface sol-couvert et atmosphère ont montré que les agrosystèmes se comportent le plus souvent comme des puits atmosphériques de carbone.
Cependant, la prise en compte des imports de carbone fertilisation organique et semences et des exports de carbone au moment de la récolte en plus des mesures de flux net vertical au dessus de la parcelle a permis de montrer que le bilan de carbone des cultures correspond rarement à un puits et que le plus souvent il est une source de carbone pour l-atmosphère 127 ± 243 g C m-2 an-1 pour 41 années-sites du réseau CarboEurope-IP.
En moyenne, pour ces 41 années-sites étudiés, le flux net vertical de CO2 représentait 37 % du bilan de carbone soit 88 % des entrées de carbone dans la parcelle, les apports de carbone sous forme de fertilisation organique et de semences représentaient 5 % du bilan soit 12 % des entrées de carbone et les exports de carbone au moment de la récolte représentaient 58 % du bilan.
Les émissions de GES liées aux pratiques culturales représentaient en moyenne seulement 7.6 % du bilan de GES.
Ces résultats montrent qu-il est donc fondamental de considérer les flux biosphériques de CO2 qui représentent 88 % des entrées de carbone dans le bilan annuel de GES de la parcelle sans quoi ce bilan serait très fortement surestimé.
L-efficience de l-utilisation de l-eau WUE a été abordée à travers des points de vue agronomiques production de biomasse par quantité d-eau évapotranspirée et environnementaux production nette de carbone de l-écosystème par quantité d-eau évapotranspirée.
Ces approches pouvaient parfois produire des résultats contradictoires dans le cas de cultures avec de fortes exportations de biomasse cas du maïs utilisé pour l-ensilage par exemple et doivent donc être précautionneusement pris en compte dans l-optique d-une gestion durable des agrosystèmes.
Finalement les mesures de flux ont permis 1 de tester une première version du modèle ICASTICS qui permettra de mieux comprendre les processus et de simuler les différentes composantes des flux nets d-eau et de carbone des agrosystèmes pour une gamme importante de cultures, de modes de gestions et de conditions climatiques.
2 de faire évoluer le modèle SAFY pour qu-il puisse calculer des flux et bilans d-eau et de carbone à des échelles supérieures a celles de la parcelle, en utilisant des données de télédétection, dans une perspective de gestion des ressources.


en fr

Keywords : agro-ecosystem eddy covariance net CO2 flux net water flux flux partitioning carbon budget water budget green house gazes budget management

Mots-clés : agro-écosystème fluctuations turbulentes flux net de CO2 flux net d-eau décomposition des flux bilan de carbone bilan d-eau bilan de gaz à effet de serre pratiques culturales





Author: Pierre Beziat -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents