Portage linguistique de larabe et vers larabeReport as inadecuate




Portage linguistique de larabe et vers larabe - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 LIG - Laboratoire d-Informatique de Grenoble 2 IMAG - Institut d-Informatique et de Mathématiques Appliquées de Grenoble 3 CLIPS - IMAG - Communication Langagière et Interaction Personne-Système 4 GETALP - Groupe d’Étude en Traduction Automatique-Traitement Automatisé des Langues et de la Parole LIG - Laboratoire d-Informatique de Grenoble

Résumé : Nous nous intéressons à la multilinguïsation, ou - portage linguistique - plus simple que la localisation des services de gestion de contenu traitant des énoncés spontanés en langue naturelle, souvent bruités, mais contraints par la situation, et constituant toujours un - sous-langage - plus ou moins restreint. Un service de ce type soit App utilise une représentation du contenu spécifique RC-App sur laquelle travaille le noyau fonctionnel. Le plus souvent, cette représentation est produite à partir de la langue - native - L1 par un extracteur de contenu EC-App. Nous avons dégagé trois méthodes de portage possibles, et les avons illustrées par le portage en français d-une partie de CATS, un système de traitement de petites annonces en SMS en arabe déployé à Amman, ainsi que sur IMRS, un système de recherche de morceaux de musique dont l-interface native est en japonais et dont seule la RC est accessible. Il s-agit de : 1 localisation - interne -, i.e. adaptation à L2 de l-EC donnant EC-App-L2 ; 2 localisation - externe -, i.e. adaptation d-un EC existant pour L2 au domaine et à la représentation de contenu de App EC-X-L2-App; 3 traduction automatique des énoncés de L2 vers L1. Le choix de la stratégie est contraint par la situation traductionnelle : types et niveau d-accès possibles accès complet au code source, accès limité à la représentation interne, accès limité au dictionnaire, et aucun accès, ressources disponibles dictionnaires, corpus, compétences langagières et linguistiques des personnes intervenant dans la multilinguïsation des applications. Les trois méthodes ont donné de bons résultats sur le portage d-arabe en français de la partie de CATS concernant l-occasion automobile. En localisation interne, la partie grammaticale a été très faiblement modifiée, ce qui prouve que, malgré la grande distance entre l-arabe et le français, ces deux sous-langages sont très proches l-un de l-autre, une nouvelle illustration de l-analyse de R. Kittredge. La localisation externe a été expérimentée sur CATS et sur IMRS en adaptant au nouveau domaine considéré l-extracteur de contenu du français écrit initialement par H. Blanchon pour le domaine du tourisme projet CSTAR-Nespole!, puis en changeant de langue pour IMRS anglais, arabe. Enfin, le portage par TA statistique a également donné de très bonnes performances, et cela avec un corpus d-apprentissage très petit moins de 10.000 mots et un dictionnaire complet. Cela prouve que, dans le cas de sous-langages très petits, la TA statistique peut être de qualité suffisante en partant de corpus 100 à 500 fois moins grands que pour de la langue générale.

Mots-clés : corpus énoncés spontanés langue naturelle e-commerce portage linguistique sous-langage extraction de contenu traduction statistique corpus.





Author: Najeh Hajlaoui - Christian Boitet -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents