Traduire le rythme : traduire TOUT texte, traduire TOUT LE texteReport as inadecuate




Traduire le rythme : traduire TOUT texte, traduire TOUT LE texte - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 CREE EA 4513 - Centre de recherches Europes-Eurasie 2 CERLOM EA 4124 - Centre d-Études et de Recherche sur les Littératures et Oralités du Monde

Résumé : On doit à Henri Meschonnic d-avoir repensé le rythme, non pas en soi et pour soi, non pas comme énièmes catégorie ou « notion », mais comme fondement d-une « révolution culturelle 3 » permettant de réinventer une théorie du langage dont la traduction se trouve être l-enjeu. Le rythme, envisagé non plus comme binaire, alternance d-un temps fort et d-un temps faible, mais comme un continu, comme « organisation du mouvement de la parole par un sujet 4 » se trouve alors au coeur d-une nouvelle signifiance, distincte de la signification reposant sur la dualité du signe, signifiance dans laquelle tout FAIT sens : syntaxe, lexique, mais aussi accents, prosodie. Ce qui incite aussi à revisiter toutes les idées reçues sur « l-ainsi nommée littérature » et sur la langue de la littérature, sur l-oralité, que Meschonnic invite à repenser au sein d-une triade écriture-oralité-parlé, ainsi que tous les mythes liés à la pensée dichotomique de la traduction : mythe de l-effacement du traducteur, mythe du « naturel » dans la langue, mythes de la norme et de l-écart sur lesquels reposent encore les stylistiques comparées actuelles, idée selon laquelle la traduction serait une activité purement linguistique. Bref, toutes ces « évidences », sans cesse assénées par le champ, qu-il s-agisse de l-enseignement, de la critique, de l-édition, voire des traducteurs eux-mêmes : passé simple, synonymes, refus de la répétition, négation des rythmes à commencer par la ponctuation, termes prétendument poétiques, alexandrin à toutes les sauces que Meschonnic nomme « moule poétisé d-avance » et dont la pratique même de la traduction littéraire à partir de langues très diverses montre l-inanité. Il s-agit donc, lorsqu-on traduit, de traduire le texte, rien que le texte, mais TOUT le texte

. et TOUT texte.

Mots-clés : Critique du rythme Henri Meschonnic mythes en traduction oralité signifiance du texte traduire





Author: Marie Vrinat-Nikolov - Patrick Maurus -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents