en fr Role of microtubules and acto-myosin in migrating cortical interneurones Rôle des microtubules et de lacto-myosine dans la migration des interneurones corticaux Report as inadecuate




en fr Role of microtubules and acto-myosin in migrating cortical interneurones Rôle des microtubules et de lacto-myosine dans la migration des interneurones corticaux - Download this document for free, or read online. Document in PDF available to download.

1 Institut du Fer à Moulin

Résumé : Pendant le développement embryonnaire, les cellules de l-Eminence Ganglionnaire Médiane EGM gagnent le cortex cérébral et s-y dispersent largement par migration tangentielle, puis s-y différencient en interneurones. Mon travail de thèse a consisté à analyser le comportement migratoire des cellules d-EGM dans un modèle in-vitro. Ces cellules présentent un cycle de migration en deux phases que j-ai contribué à caractériser. Premièrement, un renflement contenant le centrosome et l-appareil de Golgi se forme à partir du compartiment somatique et migre dans le neurite de tête, jusqu-à 30μm du noyau resté à l-arrière. La deuxième phase du cycle correspond à la translocation rapide du noyau vers le centrosome et l-appareil de Golgi. Les translocations nucléaires sont bloquées par la Blebbistatine, un inhibiteur spécifique de la myosine II non-musculaire, suggérant que les contractions du système d-acto-myosine jouent un rôle déterminant dans les mouvements du noyau vers le centrosome. J-ai examiné le rôle des microtubules dans le contrôle de la forme et de la motilité des cellules d-EGM par des études pharmacologiques. J-ai utilisé du nocodazole, drogue qui altère l-instabilité dynamique des microtubules à faible dose ou les déstabilise à forte dose. De faibles doses 100nM de nocodazole n-affectent pas ou peu la motilité des cellules d-EGM en migration, mais simplifient leur arborisation neuritique et déstabilisent leur polarité ; de fortes doses 1μM de nocodazole induisent un comportement migratoire dit multipolaire, avec une vitesse de migration diminuée de moitié. Ces résultats suggèrent que la stabilité des microtubules est cruciale pour maintenir la polarité et contrôler la directionnalité des cellules d-EGM en migration, alors que des mécanismes complémentaires contrôlent leur motilité. J-ai ensuite caractérisé le rôle de la myosine II et d-une de ses voies activatrices, la voie Rho. Le traitement des cellules d-EGM en migration par des doses modérées de Blebbistatine 20μM ou par un inhibiteur spécifique de la Rho-kinase ROCK Y27632, ont montré que l-activation de la myosine II non seulement contrôle l-amplitude et la fréquence des translocations nucléaires, mais aussi le positionnement du centrosome à l-avant. L-étude d-un mutant hypomorphe pour l-isoforme B de la myosine II, menée avec Nathalie Nériec, a confirmé ce rôle de la myosine dans le contrôle des mouvements du noyau et du centrosome. Les mouvements relatifs du noyau et du centrosome dans les cellules d-EGM en migration suggèrent une organisation particulière du réseau de microtubules. J-ai étudié cette organisation par tomographie électronique. J-ai mis en évidence deux réseaux de microtubules dans les cellules d-EGM: 1 un réseau de microtubules ancrés aux centrioles et dirigés majoritairement vers l-avant de la cellule 2 des microtubules non-centrosomaux. Le noyau est entouré par des microtubules non-centrosomaux. A l-avant du noyau, des microtubules peuvent former un rail sur lequel glisse la membrane nucléaire. Pendant le cycle de migration des cellules d-EGM, les centrioles présentent des changements de localisation subcellulaire associés à des transformations ultrastructurales inattendues. Le centriole père est capable de s-associer à la membrane plasmique où il peut former un cil. Mes études ultrastructurales montrent que l-ancrage membranaire du corps basal et la formation du cil ont lieu pendant la phase stationnaire du noyau, à distance de celui-ci dans le renflement. Ainsi, dans les futurs interneurones corticaux, l-adressage cyclique d-un centriole-corps basal à la membrane plasmique est corrélé au cycle de migration. Ce processus inédit contrôle probablement la migration des interneurones par un mécanisme qui reste à identifier. Ce comportement caractéristique des centrioles et la régulation dynamique de l-ancrage des microtubules au centrosome pourraient en outre expliquer l-organisation particulière des microtubules dans ces neurones.

Résumé : No data

fr it

Mots-clés : Cortex Interneurones Microtubules Acto-myosine Cil primaire Tomographie élrectronique Vidéomicroscopie Pharmacologie

keyword : No data





Author: Jean-Pierre Baudoin -

Source: https://hal.archives-ouvertes.fr/



DOWNLOAD PDF




Related documents